DOSSIER URBANISME : PLUi DE LA MÉTROPOLE GRENOBLOISE, ENJEU MEYLANAIS

, par  Marie-Odile NOVELLI , popularité : 0%

Notre cadre de vie est notre bien commun le plus précieux.
Nous n’admettons pas aisément qu’il soit mis à mal par des constructions qui barrent la vue sur les montagnes, suppriment les arbres, réduisent les espaces verts. Mais comment agir ? Ce dossier rassemble plusieurs données et points de vue utiles concernant le Plan local d’ Urbanisme intercommunal ( PLUi), susceptibles (je l’espère) de contribuer à la participation des citoyens à la future enquête publique de 2019 - la dernière occasion de s’exprimer avant l’application du PLUi -

Notre cadre de vie est notre bien commun le plus précieux.

La loi donne la parole aux citoyens lors des enquêtes publiques. Ne ratons pas celle qui suivra l’adoption du PLUi prévue au début du Printemps 2019 !

Le travail préparatoire sur le PLUi a mobilisé les services de la Métropole et de la ville de Meylan ainsi que, fait nouveau, des citoyens des Unions de Quartier, et bien sûr A. Jammes et moi-même, élus d’opposition. Nous avons obtenu quelques améliorations. Les objectifs du PLUi de la Métropole (inscrits dans le Plan d’Amenagement de Développemment Durable ) sont donc meilleurs que ceux du PLU communal de 2012, mais cela ne suffit pas !.
Pour les Meylanais - mais d’autres citadins métropolitains pourraient partager ce point de vue- l’enjeu du PLUi, est de rompre avec la forme d’urbanisation actuelle : garder ou recréer des espaces verts de pleine terre, des arbres, construire en retrait des voiries, espacer suffisamment les constructions, prévoir des passages pour la circulation des piétons et des cyclistes, des jeux d’enfants, des salles de réunions pour les habitants (LCR) etc….
Il s’agit aussi d’offrir une variété de logements respectueux des quartiers, et d’enrayer la réduction actuelle des zones économiques. Ces beaux enjeux figurent dans le PADD de la Métropole, mais il faudra les appliquer dans le PLUi.

Les éléments clés pour l’enquête publique :

1. Exiger la necessité d’une vision d’ensemble : deux secteurs continueront à faire l’objet d’opérations de grande ampleur avec plusieurs centaines de logements :
- Le « cœur de ville », regroupant le site de Schneider-PLM, la faculté de Pharmacie, l’ancienne école et la crèche des -Buclos
- Inovallée.
Dans le cadre de la commission extra-municipale (CEM), nous avons appris l’existence de dispositifs PAPA (périmètre d’attente pour un aménagement global) ou OAP (orientations programmatiques d’aménagement) permettant de mener une réflexion d’ensemble avant d’aménager chaque partie. On peut même élargir la reflexion via la procèdure " périmètre de prise en considération d’un projet " qui permet de penser ensemble une ou deux OAP plus une Zac ! Malheureusement, à une exception près, cette demande n’a pas été intégrée dans le projet de PLUi. Or, cette réflexion est nécessaire si l’on veut mettre fin à l’urbanisation à la parcelle conduite par la municipalité de Mme Tardy et M.Peyrin. Dans l’enquête publique, il faut donc appuyer la demande de vision d’ensemble intégrant des espaces verts, des jeux pour enfants, des salles de réunions, parkings de covoiturages, petits parkings relais…Il s’agit en effet de la création de centaines de logements (un total dépassant de l’ordre du millier, et autant attendus,) tous situés dans le "bas " Meylan. Il faut aussi utiliser des types de procédures privées et publiques ( ZAC, PUP) permettant le financement d’espaces communs ou d’équipements.

■ Pour le « cœur de ville », il est important d’obtenir que le PAPA couvre bien l’ensemble du secteur entre avenue du Vercors (Buclos, Sources) et de Verdun. Sur le terrain de la faculté de pharmacie, il faut se battre pour que le sud de la faculté reste bien en espace naturel ou parc urbain (zone UV), incluant le jardin familial au sud et la parcelle en face côté Nord-Ouest, et pour que les arbres au Nord ne soient pas massacrés. Il est important également de maintenir un "cône de vue" (voir point 5) sur le Saint-Eynard et ses flancs depuis l’avenue du Vercors.

■ Pour Inovallée, les enjeux sont : la préservation des espaces boisés, des trames vertes (vers Aries par exemple, et en bordure du chemin de Malacher à renforcer ), la création d’espaces publics (jeux pour enfants…), une préservation des cônes de vue sur Belledonne depuis l’avenue du Granier, et une réflexion d’ensemble sur le stationnement (partagé entre habitants, salariés, usagers de la C1, utilisateurs de la salle Décibeldonne…). Et plus globalement, nous avons demandé une OAP sur le sud et l’ouest d’Inovallée où des opérations de requalification sont encore possibles. Des outils complémentaires sont mobilisables tels que les emplacements réservés (ER) à faire figurer dans le PLUi.

2. Demander une augmentation du coefficient de pleine terre
Le PLU actuel conduit par MC.Tardy et JC.Peyrin a permis la bétonisation constatée sur la plupart des grandes opérations réalisées ces dernières années avec une part d’espaces verts extrêmement réduite. Pour rentabiliser au maximum leurs projets, les promoteurs ont utilisé jusqu’au dernier m² les surfaces disponibles.
Le PLUi devrait être moins permissif avec une proportion du terrain conservé avec de la pleine terre supérieure au PLU actuel. Mais pour la qualité de vie des habitants et avec la perspective du réchauffement climatique, le coefficient de pleine terre défini au PLUi est encore insuffisant.

3. Demander la préservation du cadre nature des Béalières

Une partie du quartier des Béalières serait classée en zone UC1 (permettant des constructions en R+5, soit 5 étages, avec un coefficient de pleine terre « non précisé, dépendant de la taille de la parcelle » c’est à dire sans aucune garantie d’un minimum de pleine terre !). Garder le caractère actuel de ce quartier nécessiterait au moins un classement en UC2 (R+4), et un coefficient de pleine terre superieur à 30%. Ces éléments sont à pointer lors de l’enquête publique.

4. Dans tous les quartiers, compléter le recensement du patrimoine paysager, des chemins piétons, jardins, espaces verts et arborés, trames vertes
Tous ces éléments sont essentiels pour le maintien de la biodiversité et gage de qualité de vie des habitants. Les services de la commune ont procédé à un travail de mise à jour de ces données, mais il est important que chacune et chacun vérifie que les arbres remarquables, les cheminements piétons qu’il connaît bien, et les trames vertes et bleues à conforter… sont bien présents dans le PLUi. Les inscrire au PLUi est le seul moyen de les préserver dans le temps. De trop nombreuses destructions d’arbres, chênes dans Inovallée, cèdres dans le Haut-Meylan, ont été victimes des manques du PLU encore en vigueur.

5. Faire figurer les « cônes de vue » pour conserver les vues sur les montagnes qui nous entourent
Lors des réunions de la CEM, nous avons appris que le PLUi permettait de définir des « cônes de vue » à préserver. Par exemple, vue sur la chaine de Belledonne depuis la place des Tuileaux. Dans le projet de PLUi, le nombre de « cônes de vue » identifiés est bien réduit. Chacun peut compléter eux qu’il juge importants.

-6.D’autres points mériteraient bien sûr d’être soulevés, tels que la nécessité, pour éviter le passage brutal d’habitat individuel à habitat collectif, de ménager des transitions, de maîtriser la densification des zones pavillonnaires (ex chemin des bealières, des Buclos, de la Taillat, Chaumetière, Hameau blanc, Allée de la Piat...) ou encore, d’élargir le périmètre de requalification urbaine : seule l’avenue de Verdun est considérée comme une grande voirie avec nuisances méritant que l’on l’aménage et replante des arbres ; quid de l’autoroute A 41 vers la Carronnerie, de l’avenue du Taillefer, du Vieux chêne (la carte de bruit est édifiante à cet égard), de l’avenue du Vercors, du Granier, et du « chemin » du Vieux chêne (rappelons qu’il s’agit de plus d’un millier de logements) ?
A chacun rajoutera dans le PLUi les points qui lui paraissent importants.

[D’autres éléments plus détaillés sont à retrouver notamment dans cette page http://www.monovelli.net/spip.php?article1450].

Marie Odile Novelli,
Conseillère municipale écologiste de AIMeylan

Bon à savoir

-  Les objectifs du SCoT prévoient la construction de 116 à 130 logements par an sur la commune de Meylan. Il prévoit aussi une densification des constructions le long des lignes de transport en commun*.
-  Pour respecter le taux légal de 25% de logements sociaux, la commune qui n’atteint que 14% doit rattraper son retard et doit réaliser au moins 82 logements sociaux chaque année, soit en construction neuve, soit en acquisition amélioration.
-  La ville cumule plusieurs handicaps liés aux risques naturels qui rendent la constructibilité de la ville plus faible et la réalisation des objectifs plus difficile. Meylan n’est pas une plaine et le sol est instable. Il est difficile d’enterrer les garages et d’empiler des étages…). Il ne me paraît pas anormal d’en tenir compte dans le nombre de logements à construire.
[note : le calcul est fait sur le nombre de résidences principales ]

*( Densification : selon le SCoT les avenues Vercors-Granier (où passe le C1) et Verdun (6020) doivent atteindre un Cos de 0,7. Il faut noter cependant que nombre de constructions récentes de Meylan sont plus denses et dépassent ce chiffre )

Zonages
Dans un PLU, le territoire de la commune est divisé en zones permettant de distinguer les zones urbaines constructibles, avec le type d’habitat, les zones naturelles, agricoles, …
La définition de ces zones est précisée dans le PLU.

Ce sont elles qui précisent la nature de la constructibilité et de la densité. Les zones UD concernent l’habitat individuel, les zones UC l’habitat collectif. A chaque zone correspond un coefficient de pleine terre ainsi qu’un coefficient de végétalisation, et éventuellement un coefficient maximum « d’emprise au sol », (autrement dit la partie « bétonnée »).

Les zones UC1a et UC du projet de PLUi ont un % de surface pleine terre minimum limité
 : zone UC1 permettant des constructions en R+5, soit 5 étages, avec un coefficient de pleine terre « non précisé, dépendant de la taille de la parcelle » c’est à dire sans la garantie d’un minimum de pleine terre ! L’accent est mis sur la végetalisation des murs et des sols, ce qui est autrement moins performant en matière de lutte contre l’érosion de la biodiversité et le rechauffement climatique ou es inondations. Garder le caractère actuel du quartier des bealières par exemple nécessiterait au moins un classement en UC2 (R+4), et un coefficient de pleine terre de plus de 30 %. Un minimum. Il n’y a pas non plus de coefficient d’emprise au sol maximum, pas de limite à la bétonisation. Ces éléments sont à pointer lors de l’enquête publique.

On peut reprocher au projet de PLUi de continuer à accroitre l’imperméabilisation des sols et la diminution constante des terres, même si ce projet marque un ralentissement de cette consommation en affichant des objectifs chiffrés.


DOCUMENTS JOINTS (EN BAS DE PAGE)

- Mai Juin 2018 : traduction réglementaire du projet de PLUi
- Mai 2018 CARTE d’intensification urbaine
-Janvier 2018 : 3 extraits de publication Actualités Vertes : Mon 1 § 2 : "Préserver la nature et la biodiversité à Meylan", 3 : vp :"quelle urbanisation à Meylan".
- 5 Octobre 2017 : Avis des deux associations Meydia et Verts de Meylan sur le projet de ville
- Mars 2017 : publication commune Meydia et Verts de Meylan = Plan Local d’Urbanisme Intercommunal : les enjeux


SITES Et LIENS UTILES

Le site de la Ville de Meylan : http://www.meylan.fr/index.php?idtf=1260
Celui de la métropole https://www.lametro.fr/423-le-plui.htm

26/6.2018 : DEBAT SUR LE PADD ET LE PDU METROPOLITAINS voir l’article http://www.monovelli.net/spip.php?article1462

Le blog citoyen de Meylan sur l’urbanisme Meylan notre ville  : http://meylan.unblog.fr/

16.05.2018 : L’urbanisme à Meylan, sujet sans fin : quand les habitants tentent de "tirer" la Mairie... http://www.monovelli.net/spip.php?article1459

27 Janvier 2018 : CONTRIBUTION AU PLAN LOCAL D’URBANISME METROPOLITAIN
Cette contribution nourrie (47 propositions ) concerne notamment les Trames vertes et bleues et plaide aussi pour un aménagement d’enseble du renouvellement Urbain.
Elle a été adressée au vice président de la métropole en charge qui semble l’avoir appréciée ainsi qu’au maire de Meylan et differents groupes politiques du conseil municipal.
http://www.monovelli.net/spip.php?article1450

14 MARS 2017 : Avis sur le programme local de l’habitat
http://www.monovelli.net/spip.php?article1423


VOIR LES DOC. JOINTS